5 $

DOCU-CONFÉRENCES | Avec Joseph Hillel et Phyllis Lambert

Actions et panneau des détails

5 $

Informations sur l'événement

Partager cet événement

Date et heure

Endroit

Endroit

Événement en ligne

Politique de remboursement

Politique de remboursement

Pas de remboursement

Description de l'événement
Le rendez-vous des amoureux des documentaires réalisés par des diplômés de l'Université de Montréal.

À propos de cet événement

Les Docu-conférences, c'est quoi ?

Le Réseau des diplômés et des donateurs de l’Université de Montréal vous invite à ses Docu-conférences : des séances de visionnement en ligne de documentaires réalisés par des diplômés de l’Université de Montréal, suivies d’une entrevue exclusive avec des invités, afin de discuter des dessous du projet, des thèmes abordés par le documentaire et de répondre aux questions des participants en ligne.

Déroulement de la soirée

17 h 30 | Accueil et mot d’ouverture avant la projection

17 h 35 | Projection du documentaire Rêveuses de villes

18 h 55 | Entracte

18 h 58 | Échanges et discussions avec les intervenants invités

19 h 15 | Période de questions du public (40 min)

19 h 55 | Remerciements et mot de la fin

20 h 00 | Fin de l'événement

Synopsis du film Rêveuses de villes

Ce documentaire nous transporte au cœur de nos milieux urbains en métamorphose perpétuelle à la rencontre de 4 architectes exceptionnelles, des femmes exemplaires, des pionnières qui – depuis des décennies – travaillent, observent et façonnent la ville d’aujourd’hui et de demain.

Si les amateurs d’architecture et d’urbanisme connaissent déjà Phyllis Lambert, Blanche Lemco van Ginkel, Denise Scott Brown et Cornelia Hahn Oberlander, ces femmes inspirantes demeurent le plus souvent méconnues du grand public. Elles ont pourtant collaboré avec certains des plus grands architectes de notre temps – Mies van der Rohe, Le Corbusier, Louis Kahn, Robert Venturi – et elles ont laissé des traces bien visibles de leur passage et de leur propre travail dans plusieurs villes d’Europe et d’Amérique.

Nos invités


		Image de DOCU-CONFÉRENCES | Avec Joseph Hillel et Phyllis Lambert

Joseph Hillel vit à Montréal, il est diplômé de l'Université de Montréal en publicité. En 2004, il écrit, produit et coréalise son premier film documentaire, Ordinaire ou super, regards sur Mies van der Rohe. Ce film sur ce grand architecte moderne remporte le Prix du meilleur film canadien au 22e édition du Festival international du film sur l’art (FIFA), le Prix de la meilleure photographie au Roma Art Doc Fest et une mention spéciale au Docùpolis International Documentary Festival, à Barcelone.

En 2009, son second documentaire, Karsh Is History, qui trace un portrait du célèbre photographe, reçoit à nouveau le Prix du meilleur film canadien à la 27e édition du FIFA.

En 2014, son film Ayiti Toma,qui rend hommage à la dignité des Haïtiens et qui explore au passage l’histoire du pays, sa magie, sa complexité et ses croyances, a été projeté dans plusieurs festivals internationaux, parmi lesquels Hambourg, Trieste, Boston, Paris, Guadalajara, New York et Montréal.

Auparavant, à la tête de la maison de production Qu4tre par Quatre Films, il a également produit des films publicitaires, ainsi que des courts et longs métrages, notamment La moitié gauche du frigo de Philippe Falardeau, Un crabe dans la tête d’André Turpin et le documentaire Beckett’s Prisoners de Michka Saäl.


		Image de DOCU-CONFÉRENCES | Avec Joseph Hillel et Phyllis Lambert

Architecte, commissaire, auteure, activiste et critique de l’architecture et de l’urbanisme, Phyllis Lambert est directeur fondateur émérite du Centre Canadien d’Architecture, qu’elle a fondé à Montréal en 1979.

Elle a marqué l’histoire de l’architecture alors qu’elle était directeur de la planification pour le Seagram Building à New York (1954-1958). Activement engagée dans la conservation du patrimoine et du tissu urbain, Phyllis Lambert a fondé Héritage Montréal en 1975. En 1979, elle a joué un rôle déterminant dans la création de la Société d’amélioration de Milton-Parc, projet de rénovation d’habitation coopératif le plus important au Canada.

Pendant 23 ans, elle était membre du conseil d’administration de la Société du Vieux-Port. Depuis 1996, elle préside le Fonds d’Investissement de Montréal dont l'objectif est d’améliorer les conditions de vie des ménages à faible et moyen revenu. Phyllis Lambert participe aussi à la revitalisation du centre-ville Ouest par l’entremise de la Table de concertation du Quartier des grands jardins, dont elle a pris l’initiative en 2005.

Elle est titulaire de doctorats honorifiques de vingt-sept universités d’Amérique du Nord et de l’Europe. Détentrice des plus hautes distinctions honorifiques au Canada, elle est Compagnon de l’Ordre du Canada et Grand Officier de l’Ordre national du Québec. En 1991, l’IRAC lui attribuait sa Médaille d’or, la plus haute distinction conférée à un architecte au Canada. En 1994, elle a été lauréate du prix Gérard-Morisset, la plus haute distinction accordée par le gouvernement du Québec en muséologie et de la conservation du patrimoine. La France l’a élevée au titre de Commandeur de l’Ordre des Arts et des Lettres. Le lion d’or d’honneur couronnant l’œuvre d’une vie lui a été décerné lors de la Biennale d’architecture de Venise 2014. L’année suivante, elle s’est vu remettre la Médaille d’honneur de l’Assemblée nationale, du gouvernement du Québec. En 2016, la Fondation Wolf en Israël a décerné à Phyllis Lambert son Prix Wolf en art. La même année, elle a reçu l’Arnold W. Brunner Memorial Prize 2016 de l’Académie américaine des Arts et des Lettres.


		Image de DOCU-CONFÉRENCES | Avec Joseph Hillel et Phyllis Lambert

Architecte diplômée de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Versailles (France), Lucie Palombi est doctorante dans le programme de PhD individualisé en architecture à l'Université de Montréal sous la direction de Jean-Pierre Chupin (titulaire de la Chaire de recherche du Canada en architecture, concours et médiations de l’excellence).

Son projet scientifique interroge spécifiquement le rôle de l'écriture en architecture, et pose l’hypothèse d’une textualité architecturale. Son approche herméneutique et comparative a pour objectif une compréhension du caractère à la fois symbolique et performatif des textes qui accompagnent les projets d’architecture, qu’il s’agisse de concours, de résumés pour des prix d’excellence et plus largement d’écriture poétique.

Lucie Palombi est la première lauréate de la bourse Geneviève-Bazin des Livres rares et des Collections spéciales de l’Université de Montréal, obtenue en 2019. Elle a reçu la même année la bourse étudiante du Prix International de l’Institut Royal d’Architecture du Canada pour son texte « Cher Le Corbusier ». Son projet doctoral a été valorisé au printemps 2020 par l’obtention d’un financement de quatre ans du Fonds de Recherche du Québec Société et Culture.

Notes importantes aux participants :

  • Cette activité sera présentée en mode virtuel. Nous vous recommandons de vous brancher à l'aide d'une connexion Internet filaire et de déconnecter toutes sources de connexion ayant un impact sur votre bande passante, afin d'optimiser votre expérience.
  • L'organisateur ne pourra être tenu responsable des éventuelles interruptions ou fluctuations de la qualité du son et de l'image qui pourraient subvenir durant le direct. Nous prendrons toutes les mesures nécessaires afin d'assurer le meilleur rendu possible.
  • Les billets électroniques sont non remboursables, non échangeables et non-transférables. Aucun billet imprimé ne sera remis.
Partager avec des amis

Date et heure

Endroit

Événement en ligne

Politique de remboursement

Pas de remboursement

Sauvegarder cet événement

Événement sauvegardé